Le blog du C.A.B.S

Le blog du C.A.B.S

Chasse à l'Arc Beauce Sologne

Publié le par CABS
Publié dans : #Chevreuil

Invité par un copain sur la Sologne, me voilà du coté de Bracieux un vendredi soir vers 17h pour une levée d’étang mais pas à l’arc, non, au fusil. J’ai ressorti du râtelier mon calibre 20 qui n’a pas tiré une cartouche depuis janvier 2017. Après nombres cartouches tirées environs 8 ou 10 je fini par mettre quand même au tableau 2 colverts. Je suis super content car cela fait bien longtemps que je n’ai pas tiré un canard.

La soirée se continue avec repas et fondue de daim tué à l’arc cette fois. Soirée bien arrosée mais demain il faut se lever, grosse battue mais là pour une fois, je n’ai ni le fusil ni l’arc mais l’épieu. Je traque toute la journée. Une superbe journée où même la pluie ne viendra pas perturbée cette bonne ambiance. Que d’animaux vus, un beau tableau et un beau repas avec une super ambiance jusqu'à 2h du matin.

Levé 7h et oui ça tire un peu et j’ai 50Km à faire pour me rendre à Pray chez Christophe C. En partant mon hôte me souhaite bonne chance et il me taquine en me disant ce serait bien de finir ce week-end avec un prélèvement. Je n’y crois pas de trop car j’ai déjà fait deux animaux en deux jours il y a 15 jours. Mais pourquoi pas, ce serait la cerise sur le gâteau.

Sans me perdre et sans me faire flasher au radar, j’arrive sur la place de l’église de Pray. J’y retrouve Christophe, Jean-Paul L. dit "Ragondin" et Daniel C.; Philippe le président m’accueille chaleureusement autour d’un café et d’un morceau de brioche. Consignes données (vous pouvez tirer tout ce que vous voulez mais si femelle avec jeune vous tirez le jeune même petit). Christophe nous embarque et nous place après un selfie dans le chemin.

Je serais au bout du dispositif le long d’un sale au pied d’un houx. J’ai mon échelle et il fait grand vent, ça tangue un peu. Dans la première heure, pas vu ni entendu grand-chose quand sur ma gauche dans le sale, ça bouge un peu, je vois le cul de deux chevreuils s’éloigner et franchir l’allée, dommage. Mais que font-ils, ils reviennent droit sur moi dans une coulée qui passe au pied de l’échelle. La chevrette en tête, un jeune derrière. Je suis debout, armé et ils m’arrivent face à moi, à 18,20m la chevrette lève la tète, elle est tirable si elle se met de profil mais la consigne est de tirer le jeune. Elle bifurque vers le sale à ma gauche le jeune va suivre et je vais pouvoir tirer. Et bien non lui étant 15m derrière au lieu de suivre la coulée il coupe le fromage et passe en travers mais pas à portée. C’est raté, ce sera pour une autre fois.

Rien encore pendant une bonne heure et il approche de midi, j’ai posé mon arc et somnole un peu, hé oui la soirée de la veille a été remuante et la nuit courte. Une arrivée brutale me réveille, une chevrette et son jeune viennent de s’arrêter pile devant moi à 15m. Je prends discrètement mon arc, arme et cherche du regard le jeune, la chevrette est là plein travers à 15m elle regarde vers l’allée, mais où est le jeune. Il est calé le long d’une cépée de noisetier, je ne peux pas le tirer, les branches sont entre moi et lui. Mais que fait-il, sa mère ne bouge pas à l’écoute et lui se décide de marcher vers le sale à ma gauche. Il va me passer au pas, en plein travers, en plein découvert. Le pins est déjà derrière l’épaule et la flèche part. Le poc est bon, il fait un bon et fonce vers le sale. La chevrette a déguerpie aussi. Un gars sortit de nulle part me félicite, c’est en fait le chef de la ligne de tir qui venait se mettre en place pour la dernière traque. C’est donc eux qui ont fait bouger les chevreuils. Je descend pour venir voir ma flèche et elle est bien pleine de sang et parterre il y a une belle traînée qui se dirige vers le sale. Il se met en poste un peu plus loin et je remonte sur ma chaise pour sonner et on ne sait jamais la battue n’est pas
finie...

La fin de traque est sonnée et le président nous rejoint pour rechercher le chevrillard. Il n’aura pas été loin, environ trente mètres.

Dépeçage dans le bois et après un bon repas préparé par Christophe retour à la maison. Cela fait deux fois que je prélève un chevreuil en ayant invité Jean-Paul, c’est « mon Bossus » de Lagardère qui me porte chance. Il sera d’ailleurs encore là à Lancôme, on verra bien, et je n’oublierai pas de lui toucher sa bosse…

Patrick C.

Un week-end de chasse en Sologne
Un week-end de chasse en Sologne
Un week-end de chasse en Sologne

Commenter cet article

Vincent 28/01/2018 21:02

Bien joué mon Pat !!!

Articles récents

Hébergé par Overblog