Le blog du C.A.B.S

Le blog du C.A.B.S

Chasse à l'Arc Beauce Sologne

Publié le par CABS
Une chasse, 5 récits, 5 prélèvements

Dimanche matin, j’ai RDV chez Laurent et Katia à 7h30 pour participer à la dernière chasse collective du Cabs. Oups, ça commence bien, j’arrive en retard avec comme dirait Laurent des yeux de lapin malade. Chemin faisant, j’essaie d’émergé de mon sommeil et c’est après un petit café à la gerbe que le brouillard s’est dissipé.

Au rond, Vincent rappelle les consignes de sécurité et Seb nous donne le plan de chasse pour la matinée (3 chevreuils indifférenciés). Je me retrouve placé dans une sapinière où se trouve une très belle coulée. A peine en place que déjà 3 animaux viennent à 50 m et font calmement demi-tour ce qui me laisse penser que je vais surement les revoir.

20mn plus tard ils reviennent  et une jeune chevrette s’arrête à 10 m plein profil. Mon pin se pose sur la  zone vitale et « Flac », un bruit sourd retentit dans le sous-bois. Mon atteinte ne sera pas du tout au point de visé car elle aura décidé de repartir au moment de ma décoche. Il me faudra une flèche d’achèvement pour servir cette chevrette.

Merci à Seb de nous permettre de chasser sur ce magnifique territoire, merci aux rabatteurs et à tous nos compères du Cabs et autres départements pour cette très belle journée riche en partage et prélèvements.

Christophe F.

Hier c'était la dernière chasse collective de notre assoc le CABS41, sur le territoire de Seb qui nous accueille depuis un peu plus d'une quinzaine d'année.
Nous sommes 22 archers et le temps est parfait ! 
Lors du rond du matin je suis placé à côté de mon cher et tendre Bertrand C. national copyright à seasons , je lui glisse à l'oreille "tu tires une carte pour moi et je tires pour toi?". D'humeur joueur, Bertrand accepte: il a le 11 et j'ai le 19 donc nous échangeons...
Grave erreur pour lui car à la vue du plan dont nous connaissons tous les postes, le 11 est assez redoutable...
Nous partons nous placer et arrivé à 100m de mon poste, 2 chevreuils passent devant moi et sont à proximité de la coulée...
Je me prépare assez vite, 1 coulée à droite 3 coulée à a gauche, je suis plutôt bien ! 
La chasse commence, soudain petit message de Bertrand: "Félicitations ;-)" 
Je lui renvoi : "Pour ???"
Réponse: "Pour le chevreuil que tu vas faire à ce poste!"
Bertrand C. serait-il devin !?!?! 
30min plus tard un magnifique broc en velours suivi de sa chevrette s'arrêtent à 16m de 3/4 avant... Résiste Édouard il est en velours !!! 
J'attend mais ils partent sur mon côté gauche, j'arrive quand même à les stopper avec le fameux "heink". La flèche vole à son but... C'est bon, c'est fait... La chevrette va finir sa course 150m plus loin...
Toujours un grand moment de prélever un animal à l'arc même si ce n'est pas le premier d'autant plus que c'est sur ce territoire que j'ai fait mon premier brocard en battue, à mes 16 ans... Tellement de souvenirs qui remontent...
Une très belle journée avec 5 chevreuils au tableau le soir.
Pour mon équipement, j'ai un Mathews Halon 32 avec des flèches Black Eagle Zombie Slayer et des lames Kudu Point 
Sans rancunes Bertrand! 
Seb, à l'année prochaine...
Bonne fin de saison à tous !
Edouard L.

Une chasse, 5 récits, 5 prélèvements

Après bien des années d'interruption, c'était pour moi un retour dans des circonstances un peu particulières à une des chasses du CABS. En effet, Django, blessé par un sanglier ne pouvant temporairement plus travailler, je me retrouvais au chomage technique côté recherches.
Donc me voici donc en ce dimanche matin de retour à La Gerbe, là même où il y a 15 ans j'ai prélevé mon premier brocard à l'arc.
Les choses sont bien différentes, j'étais seul, nous sommes plus de 20 archers. C'était l'été, nous sommes en hiver. C'était à l'approche, nous sommes en poussée silencieuse. J'étais au sol, je suis maintenant perché sur une chaise d'affut. Je tirais au longbow, ce matin j'ai mon Mathews. 
Mais l'essentiel reste la chasse, et de ce côté notre hôte Sébastien nous avait gâtés, d'une part en nous ouvrant son très beau terrritoire, et d'autre part en nous gratifiant d'une attribution de bracelets "royale".
Le hasard et la chance ont voulu que ce brocard, préalablement blessé par un archer (ça peut arriver à tout le monde et ça n'a rien de honteux tant qu'on l'assume) qui n'a pas dû juger bon de signaler son tir (là c'est lâche et totalement irrespectueux vis à vis du gibier, du responsable du territoire et des autres chasseurs), emprunte la coulée qui passait non loin de ma chaise.
L'ironie du sort aura voulu que même privé de recherches en ce moment, je me retrouve malgré tout une nouvelle fois en situation de tirer un animal blessé par un autre chasseur...
Quelle journée en tout cas, merci à Seb et félicitations à ceux qui, ayant réussi ou pas, ont assumé leur statut de chasseur, dans le respect du gibier.

Jean Christophe O.

Une chasse, 5 récits, 5 prélèvements

Réunis pour la dernière chasse du Cabs ce Dimanche 18 février, je débute cette matinée lors de la 1ère traque, posté à proximité de mon ami Edouard. Beaucoup de mouvement sur ce magnifique territoire, déjà 2 annonces ; pour ma part, l'endroit demeurait calme jusqu'à ce qu' un chevreuil annoncé en retour passe à vive allure dans ma coulée malheureusement je ne parviens pas à l'arrêter. Mon "heinc" étant sans effet.

Après un repas partagé entre amis selon les traditions conviviales du Cabs, nous voilà sur le départ pour la 2nde traque, avec beaucoup d'impatience car notre hôte vient de nous annoncer qu'il reste 2 bracelets.

Nous partons alors nous poster, après près d'½ h d'attente, toujours aux aguets, n'ayant pas succombé à la phase de digestion par ce temps magnifiquement doux et ensoleillé, j'aperçois deux animaux qui se présentent dans mon dos, ils sont bloqués à 20 m à l'écoute des traqueurs (merci Edouard), cherchant sûrement quelle direction prendre, je profite alors de ce court instant d'hésitation pour flécher le brocard qui a poursuivi sa course sur une 50aine de mètres.

J'apprendrai par la suite que ce brocard vient juste d'esquiver avec hardiesse mon ami Pierre G. en lui faisant ce fameux pied de nez si connu : le jeu du «  je m'aplatis à la décoche !! ».

C'est sur un tableau digne d'archers et autour du verre de l'amitié entre passionnés que cette belle journée a clôturé la saison.

Laurent E.

Une chasse, 5 récits, 5 prélèvements

L'après-midi, je me trouve dans une zone que je connais un peu. Je prends le temps avant jeter mon dévolu sur un sapin bien situé à proximité de croisements d'allées et de coulées. Je m’installe satisfait de l'emplacement et m’aperçois que j'ai oublié mon décocheur... Aller-retour express à la voiture... à peine 5 minutes après être remonté, j’entends la décoche de Laurent qui se trouve à une cinquantaine de mètres, suivi de l’annonce. 30 minutes plus tard, un chevreuil se faufile dans les fougères avec prudence dans une coulée très proche de mon poste. Je profite de son temps d’arrêt à une dizaine de mètres derrière un alignement d’arbres pour armer. Il décide d’emprunter la coulée derrière moi, un petit ‘’heink’’, il se fige immédiatement mais malheureusement de nombreuses branches ne me permettent pas de décocher… Il reprend tranquillement son chemin, de nouveau un petit ‘’heink’’ il se fige à nouveau à une quinzaine de mètres, cette fois j’ai une fenêtre qui me permet d’ajuster le pin sur les poumons, suivi de la décoche, au dernier moment je vois l’encoche arriver sur les dernières côtes, il s’écroule à l’anchuss, se relève pour faire quelques mètres et s’écroule à nouveau pendant que je sonne l’annonce. Il se relève à nouveau et part en titubant, je saute de mon échelle dague à la main, mais je le vois passer le chemin et disparaître à une cinquantaine de mètres… Fin traque sonnée, je récupère ma flèche enduite de contenu stomacal…. Avec Edouard, nous suivons la piste de sang et après cinquante mètres perte des traces de sang…. Nous décidons de ne pas insister par sécurité. La journée s’achève sur cette déception, une recherche est programmée le lendemain matin. Nous entamons la recherche, nous reprenons la piste jusqu’aux dernières gouttes sang trouvé la veille, là, le chien tourne à l’équerre, nous constatons une reposée à une dizaine de mètres, et pour trouver le chevrillard en bouton 15 mètres plus loin. Malheureusement, les sangliers l’avaient trouvé avant nous dans la nuit…
 
Merci à Sebastien pour l’excellent accueil habituel et à Guy Suchaud pour la recherche.
 
DXT # 62lbs – lames G5 striker – distance de tir 15 mètres – distance de fuite 100 mètres  

Christophe L.
 
 

Une chasse, 5 récits, 5 prélèvements

Commenter cet article

Christophe C. 26/02/2018 16:08

Une fin de saison sur les chapeaux de roues ! Félicitations !

lavallart 23/02/2018 17:45

Quelle efficacité... ! un bel exemple.
Bravo à tous

Jean-Louis D 22/02/2018 22:12

Bravo les p'tits loups, quelle réussite digne des grandes chasses de Sologne

Articles récents

Hébergé par Overblog