Le blog du C.A.B.S

Le blog du C.A.B.S

Chasse à l'Arc Beauce Sologne

Publié le par CABS
Publié dans : #Chasse, #Chevreuil

Ce grand frêne conviendra bien, j’en suis sûr. Quelques coups de pied pour tasser ci et là ronces et branches me gênant pour caler mon échelle à emboitement , sangle à cliquet opérationnelle , marche supplémentaire pour accrocher mon sac à dos et mon carquois , il est 17h30 et je suis en place, en cette belle journée printanière précoce, pour débuter le dernier affût de ma saison . Année peu palpitante en réussite, un peu de poil de renard en début de saison collé sur ma flèche avec son propriétaire assis à côté de celle-ci en train de se demander qu’est-ce qui l’avait chatouillé (çà paye, je vous jure ), puis plus de rencontre ou trop loin ou trop à la course ou pas au plan de chasse…
Pourtant c’est toujours avec le même bonheur que le week-end arrive avec son cortège de préparatifs et d’espoirs et puis quoi de mieux qu’être perché le dos plaqué sur une bonne écorce rugueuse, noyé dans ses pensées et sa méditation même si seul un écureuil vient vous distraire à 2 m sans vous voir (n’est-ce pas Christophe ?)
La veille au cours de la dernière chasse collective, mon copain président de chasse me dit :
« Puisque 6 bracelets n’ont pas été fermés je t’en donne 1 à faire à l’affût d’ici la fermeture »
C’est ainsi que je me retrouve devant cette parcelle en régénération de prunelliers et ronciers impénétrables dans laquelle les chiens ont l’habitude de nous sortir renards et chevreuils.
De nombreuses coulées convergent devant moi et comme toujours j’y crois dur comme fer !!! 18h, un ragondin passe et repasse sur la petite rivière tumultueuse de 5m de large qui coule derrière moi. Pas moyen de le saluer à travers les branches … 18h30 le soleil décline lentement à l’horizon 18h50 plouf au pied de l’échelle, il me nargue et il commence à faire sombre …soudain mon regard est attiré à 300m plein ouest de l’autre côté de la rivière dans cette grande pâture : une chevrette, d’un pas déterminé, se dirige droit sur moi tout en s’accordant grignotage et mise en bouche.  « Dépêche-toi, il va bientôt faire trop nuit pour moi !!! »
Elle arrive enfin à la rivière, je ne vais tout de même pas tirer de l’autre côté…et pourquoi pas après tout…Je ne la vois plus, cachée derrière un buisson, ah c’est elle qui entre dans ma percée mais il fait trop sombre et il n’y a plus assez de contraste. « Allez, avance encore un peu à droite dans cette partie claire ….parfait maintenant je te vois et c’est à moi de jouer : la flèche est partie et j’entends un POC caractéristique. La chevrette démarre à fond et je discerne une course en zigzag et la nuit tombe comme une chape…
Comme un idiot j’ai oublié ma torche blanche pour contrôler mon tir et voir s’il y a du sang ! Un petit coup de fil et les copains sont là le temps de replier tout mon matériel.
En 4x4 nous franchissons le pont et pénétrons dans la pâture jusqu’à mon impact : pas de flèche, pas de sang, aucun indice…Pour en avoir le cœur net Philippe fait intervenir son teckel pourtant aguerri : celui-ci suit la rivière mais ne prend pas la voie…le doute s’installe…
Jean-Louis ( l’autre ) saute dans son 4x4 et roule alors plein phares en direction de la fuite présumée pour s’arrêter soudain à 120m de mon tir, descendre et nous crier : « cherchez plus les gars, elle est là . » Ma chevrette gît sur le côté droit, la flèche sortant de 20cms de son omoplate gauche. A la dépouille le tir s’avère être parfait ¾ arrière droit, côte cassée à l’entrée, 2 poumons, côte cassée et omoplate transpercée à la sortie et hémorragie interne massive. Et pourtant une centaine de mètres de course, une flèche de part en part et aucun indice au sol !!!
Si je peux me permettre une réflexion : soyez obstiné en patience mais aussi dans votre recherche. La chasse à l’arc me fait vivre mes plus belles émotions.
Arawak 60 livres, flèche Easton alu, bilame Magnus, tir 12m ¾ arrière
Cordialement Jean-Louis D.

Tout vient à point à qui sait attendre …

Voir les commentaires

Publié le par CABS
Publié dans : #Chasse, #Chevreuil

C'était ma dernière chance hier soir, mon dernier espoir de pouvoir fermer mon bracelet de chevreuil sur ma commune de Mont-près-Chambord.
Je me serais contenté d'une jeune chevrette ou d'un chevrillard pour cette fermeture, mais la réussite qui m'accompagne en février m'a permis de prélever un grand brocard.
Alors certains vont dire et moi le premier, quel dommage de récolter un tel trophée encore sous velours, mais après vingt sept sorties sur ce même territoire, j'espère que personne ne m'en voudra. ;)
Animal tiré à sept mètres 3/4 avant, fuite zéro.
Merci à mon Mathews et à St Hubert pour cette ci belle saison.
Amicalement, Bertrand

 

 

Grands Velours
Grands Velours

Voir les commentaires

Publié le par CABS
Publié dans : #Chasse, #Chevreuil

Une seconde chasse était organisée par La Guilde des chasseurs à l’arc du 37, ce Dimanche 23 février en forêt de Saunay chez Serge Brossard.  Ce lieu m’avait porté chance puisque j’avais prélevé une chevrette fin novembre.
Rendez-vous donné à Château-Renault pour les neufs archers et les traqueurs. Les consignes sont données autour d’un café en terrasse, par François Maître de cérémonie des lieux et Jean- Hugues. Au programme 1 cerf indifférencié, une biche, un jeune, 3 chevreuils (brocards ou chevrillards), sangliers et renards.
La première grande traque, aucun chevreuil de vu auprès de mon échelle mais un nombre impressionnant de lièvres viendront passer autour.
La fin de traque sonne et il est temps d’aller prendre un bon repas tiré du sac au milieu des bois. Après quelques tirs sur cibles nous repartons pour une seconde traque. Un poste très loin à pied est proposé pour un courageux (je saisi l’occasion) avec possibilité d’une deuxième personne, Philippe L. la saisie également. Nous serons dans la première traque mais assez excentré de la seconde traque. Tout compte fait nous ferons le grand tour en voiture plutôt qu’à pied pour nous y rendre. Nous arrivons sur place avec Philippe, après un parcours en 4X4 digne d’un Paris Dakar. Nous nous mettons à 80-100 mètres l’un de l’autre, chacun dans un buisson de houx. C’est une futaie où il n’y a guère de coins sales, mis à part ces deux buissons. Nous ne sommes pas trop mal placés puisqu’un brocard et une chevrette viennent passer entre nous deux, 10 minutes après le début de traque. Puis une seconde chevrette viendra narguer Philippe à 18 mètres arrêtée devant son échelle. Puis une bonne demi-heure se passe et nous n’entendons plus aucun bruit des traqueurs. Quand j’aperçois à 50 mètres un magnifique brocard passer en travers, allant droit sur Philippe, je lui fais un signe pour le prévenir et le brocard disparait de ma vue, bon il n’a pas du pouvoir le tirer. J’entends un départ dans les feuilles. Je me redresse et vois le brocard à une quarantaine de mètres revenir dans ma direction (il a du le sentir ou voir Philippe ou il l’a peut être tiré…). Il s’approche mais il ne semble pas blessé,  à 25 mètres il prend la direction de mon échelle de face, il s’approche tranquillement et s’arrête de temps en temps pour écouter. J’arme l’arc, le brocard est à une vingtaine de mètres devant mon échelle de ¾ face. Il continu toujours à petit pas puis se bloque à 17 mètres et tourne la tête à l’opposé de mon échelle. Mon pin se pose sur son épaule et je vois mon encoche le traverser. Il fait volte face et 2 à 3 secondes suffiront pour le voir s’écrouler net à trente mètres de l’anschuss devant moi. J’entends  « il est tombé, il est mort, il est tombé…. BRAVO !!!!», c’était notre ami Philippe qui n’avait rien loupé de la scène et qui pensait que je ne l’avais pas vu tomber. Atteinte les deux poumons et le haut du cœur.
Un magnifique brocard de 8-10 ans selon l’usure des dents avec des bois mesurant 23 cm. Ce brocard commençait à ravaler.
Un grand merci à la Guilde des Chasseurs à l’arc du 37 et son Président Jean-Hugues, aux rabatteurs et rabatteuses et à François pour l’organisation de cette chasse.
Et surtout merci à Philippe L. pour ce bon moment partagé et Edouard pour le prêt de son décocheur.
Toujours le même matériel.
Vincent L.

 

Brocard sur le tard…
Brocard sur le tard…

Voir les commentaires

1 2 3 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog