Le blog du C.A.B.S

Le blog du C.A.B.S

Chasse à l'Arc Beauce Sologne

Publié le par CABS
Publié dans : #Cerf

Sur un arbre perché, avec mon arc je faisais le gué
Assis sur la grosse branche d'un chêne de RIENNAY.

Invité une nouvelle fois à chasser sur ce territoire mythique
J'admirais de mon perchoir cet endroit unique

Me remémorer tous les bons moments que j'y avais passés
Me suffisait et faisait déjà de moi un chasseur comblé

Mais alors que la chasse venait à peine de commencer
Deux cerfs vinrent vers moi comme pressés.

A cinquante bons mètres, flairant le traquenard, ils s'arrêtèrent.
Et le plus gros des deux mit alors au second un coup d'andouiller au derrière.

Celui qui s'avançait vers moi portait 7 cors
Et par rapport à l'autre semblait bien maigre de corps

Lentement mon bras s'étira et désigna l'anschuss
Quand cet animal vint y présenter sa toison rousse

Un trait mortel le frappa au passage près de mon chêne
Tandis que l'autre cerf, prudent, observait de loin toute la scène.

Ma flèche avec Rage le transperça
Et son sang rapidement se déversa

Et pendant qu'il fuyait cet endroit maudit
J'annonçais sa mort prochaine en six sonneries

Et là mon cœur se mit à battre comme un fou
Tandis qu'au loin, mes camarades répétaient les six coups.

L'atteinte était mauvaise et je pestais contre les erreurs commises
La recherche risquait bien d'être compromise...

Mes rêveries avaient donc été de courte durée
Laissant la place aux doutes et aux mauvaises pensées

Pour retrouver ce bel animal, l'aide de fins limiers fut requise
Et Jean-Claude et Darling arrivèrent, espérant y faire une nouvelle prise.

C'est vrai qu'ils connaissaient bien l'endroit
Pour y avoir fait des recherches bien des fois.

Le sang projeté sur les troncs bien haut
Montrait l'atteinte d'une artère ou d'un gros vaisseau

Confiant, Jean-Claude s’élança sur la piste avec sa complice
Relevant régulièrement les traces et les indices

150 mètres plus loin gisait ce beau cerf
La bouche ouverte vers le ciel et les bois en terre

Heureux dénouement d'une mauvaise flèche bien arrivée
Suivi de bons moments de joie partagés.

Je remercie Edouard pour son invitation,
Mes amis et Dame Nature pour toutes ces émotions !

 

Franck H.

Deux cerfs pressés
Deux cerfs pressés
Deux cerfs pressés
Deux cerfs pressés

Voir les commentaires

Publié le par CABS
Publié dans : #Chevreuil

Invité par un copain sur la Sologne, me voilà du coté de Bracieux un vendredi soir vers 17h pour une levée d’étang mais pas à l’arc, non, au fusil. J’ai ressorti du râtelier mon calibre 20 qui n’a pas tiré une cartouche depuis janvier 2017. Après nombres cartouches tirées environs 8 ou 10 je fini par mettre quand même au tableau 2 colverts. Je suis super content car cela fait bien longtemps que je n’ai pas tiré un canard.

La soirée se continue avec repas et fondue de daim tué à l’arc cette fois. Soirée bien arrosée mais demain il faut se lever, grosse battue mais là pour une fois, je n’ai ni le fusil ni l’arc mais l’épieu. Je traque toute la journée. Une superbe journée où même la pluie ne viendra pas perturbée cette bonne ambiance. Que d’animaux vus, un beau tableau et un beau repas avec une super ambiance jusqu'à 2h du matin.

Levé 7h et oui ça tire un peu et j’ai 50Km à faire pour me rendre à Pray chez Christophe C. En partant mon hôte me souhaite bonne chance et il me taquine en me disant ce serait bien de finir ce week-end avec un prélèvement. Je n’y crois pas de trop car j’ai déjà fait deux animaux en deux jours il y a 15 jours. Mais pourquoi pas, ce serait la cerise sur le gâteau.

Sans me perdre et sans me faire flasher au radar, j’arrive sur la place de l’église de Pray. J’y retrouve Christophe, Jean-Paul L. dit "Ragondin" et Daniel C.; Philippe le président m’accueille chaleureusement autour d’un café et d’un morceau de brioche. Consignes données (vous pouvez tirer tout ce que vous voulez mais si femelle avec jeune vous tirez le jeune même petit). Christophe nous embarque et nous place après un selfie dans le chemin.

Je serais au bout du dispositif le long d’un sale au pied d’un houx. J’ai mon échelle et il fait grand vent, ça tangue un peu. Dans la première heure, pas vu ni entendu grand-chose quand sur ma gauche dans le sale, ça bouge un peu, je vois le cul de deux chevreuils s’éloigner et franchir l’allée, dommage. Mais que font-ils, ils reviennent droit sur moi dans une coulée qui passe au pied de l’échelle. La chevrette en tête, un jeune derrière. Je suis debout, armé et ils m’arrivent face à moi, à 18,20m la chevrette lève la tète, elle est tirable si elle se met de profil mais la consigne est de tirer le jeune. Elle bifurque vers le sale à ma gauche le jeune va suivre et je vais pouvoir tirer. Et bien non lui étant 15m derrière au lieu de suivre la coulée il coupe le fromage et passe en travers mais pas à portée. C’est raté, ce sera pour une autre fois.

Rien encore pendant une bonne heure et il approche de midi, j’ai posé mon arc et somnole un peu, hé oui la soirée de la veille a été remuante et la nuit courte. Une arrivée brutale me réveille, une chevrette et son jeune viennent de s’arrêter pile devant moi à 15m. Je prends discrètement mon arc, arme et cherche du regard le jeune, la chevrette est là plein travers à 15m elle regarde vers l’allée, mais où est le jeune. Il est calé le long d’une cépée de noisetier, je ne peux pas le tirer, les branches sont entre moi et lui. Mais que fait-il, sa mère ne bouge pas à l’écoute et lui se décide de marcher vers le sale à ma gauche. Il va me passer au pas, en plein travers, en plein découvert. Le pins est déjà derrière l’épaule et la flèche part. Le poc est bon, il fait un bon et fonce vers le sale. La chevrette a déguerpie aussi. Un gars sortit de nulle part me félicite, c’est en fait le chef de la ligne de tir qui venait se mettre en place pour la dernière traque. C’est donc eux qui ont fait bouger les chevreuils. Je descend pour venir voir ma flèche et elle est bien pleine de sang et parterre il y a une belle traînée qui se dirige vers le sale. Il se met en poste un peu plus loin et je remonte sur ma chaise pour sonner et on ne sait jamais la battue n’est pas
finie...

La fin de traque est sonnée et le président nous rejoint pour rechercher le chevrillard. Il n’aura pas été loin, environ trente mètres.

Dépeçage dans le bois et après un bon repas préparé par Christophe retour à la maison. Cela fait deux fois que je prélève un chevreuil en ayant invité Jean-Paul, c’est « mon Bossus » de Lagardère qui me porte chance. Il sera d’ailleurs encore là à Lancôme, on verra bien, et je n’oublierai pas de lui toucher sa bosse…

Patrick C.

Un week-end de chasse en Sologne
Un week-end de chasse en Sologne
Un week-end de chasse en Sologne

Voir les commentaires

Publié le par CABS
Publié dans : #infos

Bonjour à tous,

Une information sur la sécurité de nos treestands qui restent parfois quelques temps installés sur le terrain. Durant ces vacances de fin d’année, J’ai procédé au démontage du mien qui semblait en état après une bonne année soumis aux aléas de la météo. Mais une fois dans l’atelier, grosse surprise avec des boulons complètement « bouffés » par la rouille à l’intérieur de la structure….

Donc vérifiez votre matériel même si vous pensez que tout va bien car une chute de 2 ou 3 mètres peut être lourde de conséquence.

A très bientôt,

Stéphane C.

Sécurité des Treestand

Voir les commentaires

1 2 3 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog