Le blog du C.A.B.S

Le blog du C.A.B.S

Chasse à l'Arc Beauce Sologne

Publié le par Loison.J
Publié dans : #Chasse

Lundi 18 novembre, rendez-vous dans la Vienne à Saint Pierre de Maillé pour une chasse aux daims. Tout le monde s'était donné rendez-vous à 8h30 sous un beau  soleil, frais mais agréable, les consignes données chacun s'échappe retrouver son coin favoris. Pour une fois je décide de changer et de me laisser guider par Bertrand. J'installe mon tree stand et patiente la matinée sans avoir de contact, un beau mâle sera prélevé par Julien le matin. Un bon repas et tout le monde retrouve sa place, ou presque puisque certains décident de changer. Pour ma part je ne change rien, et j'aurai la chance de prélever une daine à 7 ou 8 mètres avec une distance de fuite d’à peine 50 mètres et Julien prélèvera un second mâle daguet. Merci à Jean-Claude Colombier et Bessie pour le travail de recherche court mais important pour Bessie. Une petite pensée pour Claude et François qui ont du rentrer bien tard de cette journée à cause d'une crevaison sur le retour.

Vincent.Lenoble-copie-2

Voir les commentaires

Publié le par Loison.J
Publié dans : #Chasse

Merci à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à ce prélèvement. Franck H. pour le sérieux de l'organisation, les rabatteurs (dont mon Papa !) pour leur temps passé dans la traque, les dépeceurs et tous ceux qui m'ont apporté de précieux conseils... Bref, merci à ceux qui savent....
Maintenant que vous avez lu le principal, voici comment tout s'est déroulé.
Première chasse du CABS à Lamotte-Beuvron, le temps est frais mais il ne pleut pas, les consignes sont passées par Franck H. et nous allons nous poster.
J'ai un invité ce jour là, Patrick C. et je lui propose qu'il se poste à une centaine de mètres de mon coin habituel car je sais que tous les animaux passent normalement devant lui avant de venir à moi... il ne verra que 2 chèvres que j'ai effrayé de mon Tree-Stand au tout début de traque.
Toute la matinée, des effluves de sangliers me font penser que les traqueurs doivent passer dans le "sale" à une vingtaine de mètres devant moi si on veut en décanter un ou deux. Vers 11:00, c'est bien ce que je pensais, à 40 mètres devant, un beau spécimen est levé mais il part à mon opposée... mince... je discute avec les traqueurs et leur dit en plaisantant que c'est vers moi qui faut les pousser. La traque repart et ne fait pas 10 mètresqu'un autre sanglier est annoncé. J'arme, on ne sait jamais...
Les fougères bougent devant moi, ça devient bon. Le risque est de le voir passer à toute allure sans pouvoir le flécher mais je suis à bon vent et il décide de me faire face à 8 mètres. Il réfléchit, à gauche ou à droite ? Il est dans mon viseur, et il me vient les mêmes questions, à gauche se serait parfait je n'aurais qu'à le suivre au viseur; à droite se sera plus compliqué car je devrais changer mon axe de tir.
C'est incroyable le temps que ces secondes peuvent durer !
Il fait son choix, c'est à gauche, il part tranquillement sans accélération, je dois tirer rapidement car ma fenêtre est très courte sur ma gauche et je serais gêner par des baliveaux.
L'impact est douloureux et ma flèche reste dans l'animal, l’empennage dépasse, il faut absolument prévenir les traqueurs pour retenir les chiens. Je sonne rapidement les 3 coups et comme toute la troupe de traqueurs est dans un rayon de 100 mètres, je crie "Sanglier avec flèche ! Sanglier avec flèche !"
Je pars vérifier mon tir et constate des traces de sang très haute sur la végétation et un peu partout sur le parcours de fuite. Les traqueurs retrouvent ma flèche cassée à 35 mètres de l’anschuss. Franck H. décide a laisser reposer la situation, l'animal s'est enfuit dans la régénération,  nous interviendrons plus tard.
La traque reprend un peu plus loin mais les chiens ne lâchent pas l'affaire et reviennent immédiatement sur la piste de l'animal qu'ils retrouvent mort à moins de 100 mètres de mon Tree-Stand.
Avec un poids de 100 Kg tout rond, je me surprends à rêver aux célèbres Attila ottomans... mais il s'agit bien d'un sanglier Solognot de Lamotte-Beuvron !
Hoyt Avenger 60 # / Carbon Express Pile Driver /Tri-Lame G5 Sticker
Christophe

 

Christophe.Chapuron-copie-1.jpg

Voir les commentaires

Publié le par Loison.J
Publié dans : #Chasse

J'avais invité à plusieurs reprises un jeune chasseur berrichon (Grégoire). Celui-ci avait ensuite entraîné dans son sillage un autre jeune chasseur berrichon (Mickaël qui a passé son permis en janvier 2013). Trouvant l'ambiance de l'association sympa, il avait adhéré au CABS lors de notre assemblée générale de ce printemps. Sa ténacité et ses entraînements ont payé. Il a prélevé son premier grand gibier (toutes armes confondues !!!) à l'arc et à Saint Maurice. Bravo à lui pour son tir (il a vu cet animal tomber à vue ce qui n'arrive pas si souvent à la chasse à l'arc !). Les compteurs sont enfin ouverts à Saint Maurice depuis que nous avons les bracelets (il en reste encore 5...).
Cordialement, Franck

18 octobre 2013, une date qui est à présent pour moi gravée dans le marbre. Je suis invité à Saint-Maurice par Franck Hocquet. Je suis un tout jeune chasseur et cela fait quelques mois maintenant que je m'essaye à la chasse du grand gibier. C'est un affût comme les autres qui commence ce soir-là. Je grimpe dans  mon arbre, m'installe et découvre ce tree-stand sur lequel je ne suis encore jamais monté. Je repère les coulées et les angles de tir qui pourraient peut-être s'offrir à moi. C'est bon, aucune branche ou brindille n'a l'air de gêner le passage d'une possible flèche.
Je capte un bruit puis plus rien et à nouveau un bruit. Je pense à l'écoute de la démarche que c'est un chevreuil. Pil-poil ! Une jolie chevrette passe à environ 20 mètressur ma droite. Je tire au recurve et pour l'instant je ne veux pas m'autoriser de tir à cette distance. Elle continue tranquillement son chemin et je l'entend encore une quinzaine de minutes derrière moi. Un peu plus tard, rebelote, j'entends à nouveau du bruit en face. Un autre animal arrive mais plus dynamique, il fait des bonds puis s'arrête quelques secondes avant de repartir. Ce chevrillard de 17 kgs s'arrètera pour la dernière fois à 8 mètres de mon tree-stand. La flèche est partie et il repart environs 20 mètres. Il ne se relèvera finalement pas, la flèche a fait son effet en quelques secondes seulement. Il est là, inanimé face à moi.
Je descends du tree-stand et constate une flèche qui lui a coupé la carotide dans le sens de la longueur et qui a fini sa course plein poumon. Je tire avec un recurve triple courbure de François DESECOT « L'hermine » de 50 livres avec des flèches alu sur lesquelles sont montées des bi-lames zwickey.
Un grand merci à Franck pour l'invitation ainsi qu'à Brice pour le prêt de son tree-stand. Ces deux personnes m'ont permis de vivre un moment très intense au cours de la vie d'un chasseur, le prélèvement de mon premier grand gibier.
Mickaël A
Copie-de-Chevrillard-Mickael-18-novembre-2013-014.jpg

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog