Le blog du C.A.B.S

Le blog du C.A.B.S

Chasse à l'Arc Beauce Sologne

Publié le par CABS
Publié dans : #Ragondin

Vendredi 04 août 2017

Rendez-vous avec Christophe C. à l'entrainement du CABS, nous décidons d'aller le lendemain matin à Saint Maurice. Couché à 23h30 levé à 4h00 dur dur.

 

Samedi 05 août 2017 5h30

A notre arrivée une pluie battante nous attend. Pour être sûr de ne pas mouiller, j'enfile mon k-way, erreur pas une goutte de pluie ne tombera après. Je commence mon approche, après 1h30 de marche sans rien voir et complètement perdu, un chevreuil que je n'avais pas vu pris ses jambes à son coup sur ma droite, c'est là que j'ai reconnu l'endroit où j'étais.

Puis une chevrette au fond du chemin me disait aussi salut à la prochaine.... Coupant la forêt pour retrouver le chemin principal, un brocard fini par répondre à mes appels (butollo) à trente mètres de moi. Faisant quelques pas, je découvre une chevrette sur ma gauche ses yeux fixés sur moi. Trop tard, les deux chevreuils partent tranquillement dans la forêt.

7h30 petite pause au niveau du Beuvron pour retirer le k-way, je puais la transpiration. C'est là que je repère une masse noire dans l'eau à quelques mètres de moi. Mes pensées me disaient "sangliers, sangliers", petite approche pour finalement découvrir un morceau de plastique noir qui flotte au vent. Déçu et honteux de mon erreur, je continue mon petit tour. Une quinzaine de mètres plus loin, je reconnais une silhouette en plein milieu de la rivière. Un Ragondin qui faisait sa toilette, je me rapproche un petit peu et juste avant qu'il décide de rentrer dans son trou je décoche ma flèche à sept mètres de lui. La lame lui casse la colonne vertébrale juste devant l'épaule gauche.
J'irais le récupérer à une vingtaine de mètres plus loin, obligé de marcher dans l'eau et trempé jusqu'aux mollets !


Arc Recurve 55#
Lame Cold steel Cheap Shot 125 gr
Un grand merci à Christophe C. pour avoir eu l'idée d'aller à Saint Maurice.

 

Philippe D.

 Les ragondins me suivent...

Voir les commentaires

Publié le par CABS
Publié dans : #Chevreuil

Il est 14h samedi 22 juillet lorsque j’embarque dans l’Eurostar qui me ramène de Londres à Paris. Après quelques jours passés en pleine ville, je n’ai qu’une hâte, c’est de retrouver notre maison et son calme forestier. Pendant ce trajet, j’élabore mon plan de chasse pour la soirée. Pour la première année, la fédération m’a octroyée un bracelet de chevreuil et je compte bien profiter du rut pour faire mouche.

 

19h30 me voilà sur place. J’abandonne ma valise au milieu du salon et me précipite sur mon arc. Direction mon affût une idée claire en tête, faire venir un brocard au butollo ou attendre la tombée de la nuit qu’un sanglier passe par là. Il y a beaucoup de vent et la forêt est humide. Après quelques coups d’appeau, une chevrette vient à ma rencontre, elle s’approche à 15m. Je profite de l’instant pour l’observer mais elle n’est pas accompagnée et donc ne m’intéressera pas longtemps.
45mn se passent et je décide finalement de profiter du vent et des bruits amoindries par l’humidité pour reprendre ma première ambition depuis début juin : faire mon chevreuil à l’arc et à l’approche.

 

J’empreinte alors le chemin qui longe l’étang, marquant des poses tous les 20m pour capter le moindre mouvement. C’est chose faite, j’aperçois un chevreuil à une soixantaine de mètres en sous-bois qui mange tranquillement. Petit coup de jumelle, c’est un vieux brocard qui ravale.

Je quitte alors le chemin et commence mon approche dans un champ de mine. Les feuilles dissimulent des brindilles, je dois donc avancer lentement (très lentement) et avec précaution. Me servant des arbres pour camoufler mon approche, je me rapproche doucement de mon but. Arrivée à une trentaine de mètres celui-ci passe derrière 2 gros chênes. J’en profite pour terminer mon approche pendant que les arbres lui cachent la vue. Mais arrivé à 20m, je ne le vois plus !!!

C’est là qu’en 2 minutes je passe par toutes les émotions possibles.

Un doute s’installe (il n’a pas pu partir sans que je le vois ou l’entende ?). Je fais un tour d’horizon et quand mes yeux retombent dessus, il est bien là, allongé, MAIS IL REGARDE DANS MA DIRECTION. Il se lève, aboie et pars tranquillement sans trop savoir qui ou quoi traîne autour de lui. J’envoie 2 coups de butollo ce qui le fera s’arrêter à 40m.  Au troisième coup d’appeau une chevrette arrive au galop passe devant nous et s’éloigne un peu. Monsieur attiré par la femelle prend le même chemin. J’arme en ni croyant pas mes yeux, il vient vers moi, je le stop à 15m de profil et laisse partir ma flèche pour prélever mon premier chevreuil à la maison mais surtout mon premier à l’arc.
C’est alors que je réalise mon rêve de gosse, celui d’avoir une maison au milieu des bois avec quelques hectares pour pouvoir chasser petits et grands gibiers en toute simplicité.


Arc carbon élèment G3, lames touth of the arrow
Atteinte au deux poumons, 50m de fuite.

Matthieu D.

Un rêve de gosse qui se réalise !

Voir les commentaires

Publié le par CABS
Publié dans : #Chevreuil

Vendredi 28/07, ça y est ce sont  les congés. Vers 18 h je me décide d’aller faire mon cinquième affût.


Le secteur où  je suis, est propice à la rencontre puisque le cultivateur me rapporte que tous les jours il voit chevrette avec jeune et brocard. Le secteur étant bien connu de certains d’entre nous et après discussion il semblerait  que mon choix de zone soit judicieux.


Tous les soirs les chevreuils sortent pour grignoter les salades au grand désespoir du propriétaire.


Dès ma première sortie les contacts sont là mais un peu trop loin dans le bois. Au fil des affûts je recale mon échelle grâce aux indices (grattis et frottis) que les deux mâles me laissent en live.
Le rut  bat son plein et l’appel des laitues est trop fort. Il est 20h quand je vois le petit prince surgir du taillis en toute discrétion. « Poinc », un petit coup de Butollo et le voici accourant pour venir séduire ce qui lui semble être sa dulcinée. Il se stoppe à une dizaine de mètres le buste derrière un arbre. Je reste calme attendant qu’il vienne dans ma fenêtre de tir. Au bout de deux minutes , il avance enfin pour se caler idéalement.


Ma flèche part, semble bonne et je le vois partir en trombe en faisant une course folle en arc de cercle d’au moins 200 mètres puis plus un bruit. Ce n’est que 30 mn plus tard que je vais le retrouver là où je l’avais perdu de vu.


Merci au président de l’ACCA ainsi qu’au propriétaire pour le prêt de son territoire et son aide précieuse.


Hoyt Carbon Element, fût Black Eagle, lame G5 Stricker.

Christophe L.
 

Un daguet trop gourmand
Un daguet trop gourmand

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog