Le blog du C.A.B.S

Le blog du C.A.B.S

Chasse à l'Arc Beauce Sologne

Publié le par CABS
Publié dans : #Lièvre

Ce lundi dernier, nous avions rendez-vous à Louville en Beauce pour une partie de chasse à l'arc aux lièvres. Après le café-chocolatine d'accueil, nous étions une cinquantaine d'archers à écouter les consignes du président de la société de chasse de Louville la Chénard, propriétaire des lieux et de Loïc l'organisateur de cette chasse. On ne nous donnait pas de limites trop contraignantes : 4 à 5 lièvres par archer, j'écoutais très attentivement cette consigne !!!!!!

Dès le premier chaudron, un lièvre passait entre mon voisin de gauche et moi, ma première flèche faisait mouche trois quart arrière. Il a fait une quinzaine de mètres avant que je le rattrape. Je criais de joie (je ne savais pas encore que je le ferai plusieurs fois aujourd'hui).

Je décochais trois ou quatre autres flèches sans résultat (ma moyenne de réussite baissait très vite) quand un lièvre força la ligne sur mon coté droit, ma flèche le rattrapa au bout d'une quinzaine de mètres, il fit 4 ou 5 tours sur lui même, prit le vent et partit au galop. N'ayant plus mes jambes de vingt ans, il me distança rapidement, je le perdis de vue, le cherchai longtemps, pensant l'avoir perdu quand Loïc vient me retrouver un kilomètre plus loin en me disant que les rabatteurs l'avaient retrouvé caché  sous un arroseur.

Une grande joie pour moi, d'un commun accord avec l' organisateur Loïc, nous convenons que si j'avais de nouveau la chance d' en prélever un autre, j' arrêterai de tirer et rabattrai pour les copains.

Dès la traque suivante, un lièvre décida de passer entre Yves et moi, cette fois-ci ma flèche le toucha trois quart avant, il fît une vingtaine de mètres et je le rattrapai facilement. Comme convenu, je remettais mes flèches dans mon carquois et marchais arc sur l' épaule de même pour la dernière traque de la matinée.

Après le repas très convivial qui nous caractérise, le président et Loïc vinrent me dire que je devais continuer à chasser pour profiter de cette journée très chanceuse pour moi. Je les remerciais vivement.

Après une première traque bizarrement sans trop de lièvres nous nous mettons en poste autour d'un champ de betteraves et dès le coup de trompe un lièvre me passa en plein travers et en pleine course à vingt mètres, je visais au moins deux mètres devant lui et ma flèche le toucha en plein coffre : quelle satisfaction !!!!!!

Trois ou quatre flèches plus loin, un lièvre passa la ligne entre Gégé et moi, nous décochâmes en même temps, nos flèches se croisèrent mais c'était Ma journée et c'est la mienne qui le toucha. Malheureusement il la perdit  au bout d'une trentaine de mètres. Il fût retrouvé lors de la dernière traque où il reçut la flèche fatale.

Un grand Merci aux organisateurs Michel et Loïc V., au président de la chasse et aux copains pour leurs encouragements et félicitations.

Bravo aussi à François, Gégé et Alex pour leurs prélèvements respectifs, à nous quatre nous avions huit lièvres sur les 14 fléchés de la journée.

Merci aussi à Vincent pour avoir réussi à m'inscrire un peu au dernier moment car initialement je ne devais pas être présent.

Quand je pense que j' aurais pu rater cette journée mémorable qui restera gravée à vie dans ma mémoire !!

Claude L.

Une journée Mémorable
Une journée Mémorable

Voir les commentaires

Publié le par CABS
Publié dans : #Mouflon

Il est là au fond d'un petit ruisseau qui se jette dans le Peyrigas. Les anciens le disent, ils vont se réfugier au fond des ruisseaux pour donner leur dernier souffle.

Il est arrivé en faisant un vacarme de tous les diables, en cherchant de quoi manger au bord de cette sapinière. Il faut dire que la sécheresse concentre les animaux autour du ruisseau et ses alentours, il n'y plus grand chose à brouter au Portail...

L'encoche lumineuse est particulièrement visible lors de tirs d'aurore. Je l'ai vu s'allumer, s'éteindre dans les poils et se rallumer une fois qu'elle l'avait traversé.

La piste de sang fait deux cents mètres et zigzague entre les châtaigniers, elle monte vers le sommet de la crête. Il ne me faut que quelques minutes pour la remonter et retrouver  mon mouflon, lui rendre les honneurs et la dernière brisée.

Un semaine extraordinaire, faite de rencontres humaines et cynégétiques inoubliables, merci Franck, Denys et Matthieu et surtout Merci à ceux qui savent, ça va s'en dire...

Mathews Triax avec lames articulées Swhacker Hybrid

Christophe C.

Les mouflons se cachent pour mourir
Les mouflons se cachent pour mourir
Les mouflons se cachent pour mourir

Voir les commentaires

Publié le par CABS
Publié dans : #Lièvre

Dimanche matin 9h, ça y est nous sommes partis pour une nouvelle saison cynégétique.

La matinée se déroulera dans des chaumes de blé, jachères, trèfles et autres labours où j’y verrai 5 lièvres mais trop loin.

A l’heure du déjeuner, je fais un premier bilan par téléphone avec mon frère.

Il me conseille un secteur où nous nous retrouvons à 14h sous une pluie battante.

Nous rentrons dans un guéret et à peine après avoir parcouru 100 m que déjà 3 lièvres seront passés devant nous poussés par d’autres chasseurs.

A partir de là tout va aller très vite, un premier lièvre partira dans les pieds de mon frère mais pas de tir possible. 10m plus loin il m’indique une tâche au sol, hé oui il est là, je m’approche mais ma flèche passera 3 cm au-dessus et hop au maïs. Dans la foulée je décide de bifurquer sur la gauche où il nous semble en avoir vu un se gîter. Je le vois, c’est parti, ma décoche est bonne et stop ce lièvre à 10 m. Les chiennes, Iris et Mirabelle, finirons de le rattraper.

C’est un grand moment que je n’espérais pas de si tôt surtout après avoir écouté les discours et récits des plus anciens et affûtés membres du CABS.

C’est des instants que j’affectionne à partager avec Sylvain (et ses « Goulous ») qui s’efforce toujours de mettre les archers en avant.

 

Arc Winwin White Léopard, tube Winwin avec bilame.

Christophe F.

Mon premier lièvre à l’arc

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog