Le blog du C.A.B.S

Le blog du C.A.B.S

Chasse à l'Arc Beauce Sologne

Publié le par CABS
Publié dans : #Mouflon

Le Caroux, c'est...

Des paysages magnifiques similaires à la Corse...

Des rencontres surprenantes avec des personnes aux accents incroyables...

Des moments intenses et inoubliables partagés avec des amis sincères...

Des instants de chasse à l'approche ou à l'affût extraordinaires...

Des mouflons qui te surprennent à moins de 10 mètres ou à plus de  200 mètres...

Des moments d'espoir, de doute, de craintes et d’euphorie... 

Des histoires à raconter jusqu'au bout de la nuit...

C'est tout ça et bien plus encore, ici c'est le Caroux tout simplement.

Ici c'est le Caroux !
Ici c'est le Caroux !
Ici c'est le Caroux !

Installé sur une échelle d'affût, je repère deux femelles qui remontent la rivière. Mon choix se portera sur la plus proche qui n'accusera rien à l'impact. Elles s'éloignent toutes les deux d'une vingtaine de mètres pour observer ce qui vient de se passer et vont se caler cinq mètres plus loin dans les fougères aux bords de la piste.

Je doute alors de mon tir car rien ne présage le comportement d'un animal blessé. Un promeneur descend la piste et fait sortir des fougères une des femelles qui siffle à plusieurs reprises sa congénère qui ne viendra pas. Elle s'éloigne définitivement en repassant au-dessus de ma flèche gisant à terre.

Le doute s'installe sérieusement, je dois aller contrôler mon tir car je ne comprends plus rien à la scène mais Juju qui n'était pas loin me soutient que le "Ploc" est caractéristique d'une atteinte. C'est en vérifiant la flèche que nous relevons la femelle qui reste quelques dizaines de secondes à nous observer avant de disparaître péniblement de l'autre côté de la piste.

Nous patientons 2 heures afin de laisser faire les choses mais nous ne retrouverons aucune trace de l'animal blessé. Les talents d'Eros et Bernard seront mon salut pour retrouver l'animal à moins de cents mètres

Et une fois n'est pas coutume, merci à Juju, Jef et Francky pour cette semaine inoubliable, merci à Vincent L. pour le prêt de son arc et aussi merci à ceux qui savent...

Christophe C.

Matthews Z7 / Carbon Express Maxima Hunter / Truglo Titanium X 4 Blade

Ici c'est le Caroux !

Voir les commentaires

Publié le par CABS
Publié dans : #Chasse à l'étranger

Parti de Paris, me voici à Johannesburg sous un ciel bleu azur et une température des plus agréable.Jacques, le propriétaire du lodge IMBERBA RAKIA, m’attend avec son manager Marco à l’aéroport.

Tout de suite une petite frayeur. Il me manque ma valise d’arc. Alors que je l’attendais au tapis des valises hors dimension, celle ci était en fait au service des armes à feu. Bref, Marco récupère ma valise sans problème, mais cela m’a valu une petite poussée de tension pendant une bonne demie-heure…

Nous nous arrêtons à PRETORIA pour déjeuner à côté du magasin de chasse local.

Et quel magasin, une vraie caverne d’Ali Baba..

A South African Week

Direction LEPHALALE et le lodge d’IMBERBA RAKIA pour 6 jours de chasse à l’arc.

Lors de la première journée de chasse, je m’imprègne de l’atmosphère africaine et je prends plaisir à observer zèbres et gnous.

La deuxième journée, le safari débute réellement et le blind au sein duquel nous nous trouvons se trouve en bordure d’une mare. Le paysage est superbe et je prends mes marques au télémètre.

Un phacochère sera l’objet de ma convoitise. Après de longues minutes d’attente, qu’il veuille enfin se présenter de profil, la flèche est décochée.

Tout de suite, je m’aperçois que mon atteinte est trop haute. Mon guide confirme cette impression. Et la suite donnera malheureusement raison à ce jugement.

Deux kilomètres de recherche au sang n’aboutiront pas. Le phaco court toujours…

Je suis en plein doute et je n’arrête pas de penser à mon échec.

Je me replonge dans l’étude de l’anatomie spécifique des animaux africains afin de bien conserver en mémoire l’emplacement des parties vitales.

Un seul objectif : tirer dans le prolongement de la patte.

Ce sera chose faite dés le lendemain avec enfin une flèche proprement placée sur une femelle d’impala tirée à 12 mètres. Elle s’effondrera 60 mètres plus loin.

Me voilà rassuré et sur ma qualité de visée et du tir. Enfin mon premier gibier africain récolté à l’arc.

L’émotion est intense et je sens la tension qui s’évacue après le tir.

A South African Week

Lors du quatrième jour de chasse, nous sommes dans un autre blind au milieu d’un bush assez ouvert.

Un groupe de gnous vient nous rendre visite et au sein duquel se trouve un très beau mâle.

Après une demie heure d’incertitude, il se trouve enfin idéalement placé à une quinzaine de mètres.

Prise de visée et décoche. J’ai la vision de ma flèche avalée par le corps de l’animal. Nous regardons le gnou partir pour le voir tomber à 80 mètres.

Grosse émotion encore et j’en tremble..

A South African Week

Les jours suivants, nous observerons beaucoup d’animaux dans des paysages sublimes, mais souvent à des distances trop importantes pour tirer à l’arc.

Girafes, phacochères prenant un bain de boue, élands du cap, koudous, pintades…

Mais c’est un vrai régal pour les yeux.

Je me suis fixé comme limite de tir 20 à 25 mètres, car sur une distance plus grande le temps de vol de la flèche est trop important et laisse à l’animal le temps de changer de position suite au bruit de la décoche.

Le cinquième jour, j’ai décidé de ne plus renter au lodge pour déjeuner mais de reste à l’affût avec le guide avec sandwichs et eau (le whisky étant réservé pour le soir). Ceci nous laisse ainsi un temps de chasse plus conséquent car nous serons en poste de 9 h à 18 h ce qui nous permettra d’observer plusieurs animaux entre midi et 15 h. Sachant que je m’interdis un tir sur un grand gibier après 17h car la nuit tombe très vite et à 17h30/17h45 on ne voie plus rien pour une possible recherche.

En milieu de matinée, après avoir vu quelques animaux le matin (buffles..) un beau mâle d’impala se présente sur le spot. Encore attendre que l’animal veuille bien présenter son plus beau profil, remontée du pin le long de sa patte et enfin décoche. 10 secondes de course éperdue à travers le bush pour le voir enfin tomber.

A South African Week

Chargement de l’animal et après l’avoir déposé au lodge, retour au blind pour le reste de la journée. le temps est gris et nous observons très peu d’animaux.

Vers 15h00 un couple d’oryx se présente à une centaine de mètres derrière nous. Au bout d’une heure, après une lente et méticuleuse approche, ils se présentent enfin devant nous. Le mâle est de toute beauté mais il reste obstinément de face. Attendre, toujours attendre sans précipitation. 20 minutes plus tard, bien calme il est enfin de profil à 18 mètres. Armement, décoche et fuite de l’animal. Nous le retrouverons 120 mètres plus loin.

A South African Week

Dernier jour de chasse et mon guide opte pour un affût au sol.

Grosse émotion sur un groupe de babouins qui vient nous rendre visite. Le mâle est assis face au blind à 10 mètres. Je n’aurai pas le temps de remonter le pin sur son thorax, car au bout de deux secondes il pousse un cri d’alerte et toute la troupe prend la fuite. Mais quelle impression de voir à une si petite distance cet animal !!

L’émotion retombée, une petite torpeur s’empare de moi et je me repose les paupières.

Une légère tape sur ma cuisse me réveille et le guide me fait un gros chut avec son doigt sur sa bouche. Je me retourne lentement pour découvrir une des plus belles antilopes africaines. Ils sont 5 mâles Nyala dont le plus proche est à moins de 10 mètres du blind.

Mais il m’indique que celui à prélever est le plus éloigné. Il se trouve à 23 mètres.

Décontraction maximum, prise de visée et la flèche vole vers son but. Nous le retrouverons 120 mètres plus loin.

L’émotion est encore une fois à son comble et je ne me lasse pas d’observer cette magnifique antilope.

A South African Week

Le séjour s’achève ainsi en beauté.

Un dernier animal africain sera l’objet d’une ultime décoche. Un francolin sera prélevé à 22 mètres avec une pointe judo.

Un séjour inoubliable avec des hôtes charmants (Jacques et Florence) et des guides très professionnels (Marco et Koos).

Une expérience qu’il me tarde déjà de renouveler.

Jean-Hugues G.

A South African Week

Voir les commentaires

Publié le par CABS
Publié dans : #Chevreuil

Comme depuis plusieurs soirs,
C’est sur cet acacia que je viens m’asseoir,
En espérant que tu viennes me voir,
Avant qu’il ne fasse nuit noire.

Est-ce aujourd'hui, en ce lundi,
Que j’aurai la chance de t’apercevoir,
Comme dans mon rêve de cette nuit,
Que j’espère prémonitoire.

C’est avec des yeux émerveillés, 
Que j’observe cette chevrette et son chevrillard,
Qui viennent juste sous mes pieds.
Mais où est-tu toi mon joli brocard ?

C’est dix minutes plus tard,
Que tu montres le bout de ton nez.
Et quel bonheur de voir,
Que tu empruntes la même coulée.

Tu viens toi aussi t’arrêter sous mes pieds,
C’est à ce moment-là que ma flèche part !
Tu n’as pas le temps de la voir arriver,
Et pour toi, il est déjà trop tard.

Je te vois te cabrer,
Et partir dans cette course désordonnée.
Je te suis des yeux et te vois tomber,
Ça y est ton cœur vient de s’arrêter.

La pression fait place à l’émotion,
Certains me traiteront de sauvage !
Mais ceux qui partagent ma passion,
Savent que je viens vers toi pour te rendre un dernier hommage.


Merci à Bernard.G pour la confiance qu’il accorde aux archers, merci à St hubert et surtout merci à toi petit Prince qui nous fait tant vibrer.

Arc Mathews HALON, flèche win&win comète et lame Rage Xtrême

Emmanuel G.
 

Le petit Prince

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog