Le blog du C.A.B.S

Le blog du C.A.B.S

Chasse à l'Arc Beauce Sologne

Publié le par CABS

Voici une « anecdote » de chasse que l’on me conforte à vous relater pour que cela serve d’exemple à tous ….

J’adore l’affût l’été, les soirées étant douces et prolongées si tard.

Même en finissant le travail vers 19h tout reste possible pour nous et en moins de deux … hop sur le tree-stand …

Je me suis ainsi délecté tout le mois d’août en allant à la chasse quasi tous les jours :

Plusieurs fois à l’étang où quelques ragondins sont tombés au champ d’honneur, plusieurs fois en forêt au sanglier mais ceux-ci ne sortaient que tard dans la nuit et plusieurs fois à Lury ou mon copain Jean-Louis me laisse un bracelet d’été pour ce convoité capréolus …

Je n’ai pas encore « prélevé » mais qu’importe par rapport aux joies de l’observation : entre ce jeune six pointes inconscient, vu à chaque fois et venu se coucher à trente mètres de moi, les chevrettes et leur petite famille, ces jeunes blaireaux qui jouaient au pied de mon échelle et qui faisaient l’aller et retour entre fossé humide et roncier rempli de mûres, ce renard sorti trop vite à 4 m et qui m’a éventé, les sangliers qui se battaient et se coursaient sans jamais se montrer ou bien encore cette hulotte qui en sortant de la peupleraie, m’a accompagné jusqu’à la voiture en voletant, intriguée, deux mètres au dessus de ma tête … que de moments de bonheur …

Mais voilà, la nature humaine est si difficile à comprendre … le plaisir des uns fait sans doute la hargne des autres …

J-L m’avait déjà mis au parfum : « j’espère qu’ils ne crèveront pas tes pneus car ils jalousent mon territoire enclavé dans le leur … » Sympa, bonne ambiance. Je suis en effet tombé une nuit sur un bonhomme caché stupidement dans la haie, en train de m’épier derrière ma voiture

C’était sans compter sur mon œil de lynx pas si myope que çà malgré mes lunettes : bonsoir monsieur, ne vous inquiétez pas … et le blabla nécessaire.

Deuxième soirée, camo des pieds à la tête, au bout de mon chemin d’accès quelqu’un d’autre m’attend et m’intercepte : bonsoir monsieur, ne vous inquiétez pas, je ne suis pas un braco … et le blabla nécessaire …

Mais j’arrive à mon échelle et de loin je constate que ma sangle fluo pend anormalement : Celle-ci a été tranchée nette au couteau affûté mais tout était resté accroché normalement sans vol, juste la dégradation adéquate pour nuire et m’empêcher de grimper et donc de chasser.

Mais que ce serait-il passé si j’avais voulu faire un affût matinal, en arrivant de nuit sans éclairer pour ne pas me faire repérer, moi qui n’ai plus le droit de tomber avec ma patte bionique ??? L’intention était évidemment scélérate et je me plais à penser que mon expérience servira peut-être à l’un de vous et que mon petit laïus n’aura pas été vain…

En montant à votre poste, échelle ou tree-stand, vérifiez vos sangles, vos marches et vos points d’accroche.

Bien amicalement et bonnes flèches

Jean-Louis Delaplace

Voir les commentaires

Publié le par CABS
Publié dans : #Chevreuil

Mardi matin 8h, je viens de finir une nuit de travail relativement fatigante… J’en profite pour me reposer un peu la journée car ce soir, affût à Saint Maurice ! D’après ma boîte mail, il paraît qu’il y a des sangliers !


Me voilà arrivé ! Comme d’habitude je ne sais pas où je me poste, c’est tellement difficile de choisir. Je pars à pied avec Franck. On va aller vers le Beuvron tous les deux. Il choisit le treestand du « S » et moi « celui du Beuvron ». Une fois installé je m’aperçois que vu d’en haut le coin a l’air fréquenté. Il y a des flaques d’eau sur le chemin, je vois déjà un sanglier se souiller !


Très peu d’eau dans le Beuvron mais peut être qu’un ragondin osera le remonter. Je taille quelques feuilles de lierre qui pourraient gêner un éventuel tir.


Bon, l’attente commence, j’envoie des sms à Franck, on plaisante sur un tas de bêtises mais toujours en rapport plus ou moins étroit avec la chasse.


Au bout d’environ 1 heure d’affût, j’entends du bruit derrière moi. Je me lève discrètement. J’aperçois chez le voisin de l’autre côté du Beuvron un sanglier ! Non 2 ! Finalement c’est tout une compagnie qui est en train de manger des glands sous les chênes.


Pendant environ 30 min, la compagnie reste à environ 40 mètres de moi. J’ai pu les observer et repérer la laie meneuse qui s’avère être suitée d’une dizaine de marcassins. Mais ils ne se rapprochent pas du Beuvron et comptent encore moins le traverser. Je suis tout de même complètement omnibulé ! Un animal pourrait passer derrière moi sans que je m’en rende compte ! Ils finissent par remonter en direction de l’autoroute. C’est terminé pour moi…


Je me rassois. Plus un bruit. A part cette chouette. Au bout d’environ 30 minutes, j’entends à nouveau du bruit derrière moi !


Est-ce les sangliers qui reviennent ? Je me relève rapidement et dans les branches il me semble voir quelque chose de roux ! Cela se rapproche mais caché par les branches devant moi. Je suis quasiment sûr qu’il s’agit d’un renard… J’entends un « plouf ». Il est donc descendu dans le Beuvron ! L’animal traverse !


Il sort de mon côté ! Ah mais non c’est un magnifique brocard ! Sans attendre j’arme mon arc je vise le défaut d’épaule et lâche ma flèche qui vole jusqu’à lui ! Le brocard part en trombe, disparaît dans la forêt et s’arrête à environ 20 mètre de mon affût. Quelques secondes plus tard il refait un barouf monstre et puis plus rien…


J’appelle Franck. On patiente un peu puis nous décidons d’aller voir les traces et indices.


La flèche est retrouvée fichée dans le sol, pleine de sang mais aussi de substances stomacales… Ce n’est pas très bon signe. Mais le bruit qu’il a fait lors de sa fuite nous incite à poursuivre nos recherches. Du sang… Encore du sang mais trop peu... Plus loin, une reposée avec cette fois une quantité rassurante de sang !


Ça y est ! Nous apercevons son pelage roux dans les ronces ! Il est là !


Mon premier brocard à l’arc !!!


21 kg. Petit six pointes.
30 mètres de fuite. Atteinte des deux poumons.
Arc infinite edge. Flèche carbone. Bilame magnus.


Grégoire P

Premier brocard à Saint Maurice

Voir les commentaires

Publié le par CABS
Publié dans : #Renard

Depuis 3 ans, la commune de Vendôme, nous a ouvert ses portes pour faire de la régulation de ragondins, renards et sangliers sur une partie de la forêt communale et sur les bords du Loir. Deux chasses par an y sont organisées avec des chiens courant. Nous participons à ces chasses en tant qu’archers au milieu de la traque mais n’avons jamais pu concrétiser des tirs, mais cela viendra…

 

Depuis cette année un bracelet de chevreuil nous a été confié. Mais peu d’occasions ont permis aux archers du Pays de Ronsard de trouver du temps pour y faire quelques sorties durant cet été, étant tous sollicités par nos activités annexes.

 

Nous décidons cependant avec Daniel C. et Franck G. de nous faire une soirée d’affût ce jeudi.

Mon échelle est posée le long de la plaine à l’intérieur d’un bois à 8 ou 10 mètres. Je préfère le plus souvent être le long de la plaine afin d’observer au plus loin, mais l’implantation des arbres ne permet pas ce schéma. Tant pis mon dévolu se pose sur un chêne entre deux coulées à une dizaine de mètres dans le bois. Une haie d’épines noires me sépare de la plaine. Je pourrai observer 2 chevrettes, un faon pendant une bonne partie de la soirée à 80 mètres puis un joli brocard entre 60-70 mètres. Les appels à l’appeau ne le feront à peine réagir, la période propice du « Rut » étant déjà bien passée.


Vers 20H15, après les allers et retours incessants des chevreuils en plaine, je suis attiré par un bruit provenant de la haie. Mon arc est prêt à toute attente, quand le museau de goupil  pointe son nez et décide de bifurquer dans le bois à une dizaine de mètres de moi. Il s’arrête une première fois derrière un chêne, mon arc et armé et prêt… Il repart et s’arrête 2 mètres plus loin de plein profil. Ma flèche part et le cloue sur place. Après analyse ce beau renard mâle était galeux.


Une grande satisfaction d’avoir pu prélever ce premier renard au Pays de Ronsard sur la forêt communale de Vendôme. Merci à la municipalité de Vendôme pour la confiance qu’ils ont donné aux archers ainsi qu’à Jérôme Lefer (technicien à la municipalité de Vendôme) de nous avoir soutenu tout au long de ce projet. 

Merci à Daniel et Franck pour cette belle soirée.


Vincent L.

Renard au pays de Ronsard

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog