Le blog du C.A.B.S

Le blog du C.A.B.S

Chasse à l'Arc Beauce Sologne

Publié le par CABS
Publié dans : #Sanglier

 

En ce samedi 19 décembre, j'étais invité ainsi que cinq autres archers à participer à une chasse collective chez mon voisin Claude O. Rendez-vous nous est donné à 13h, j'y retrouve mes cinq compères archers et une quizaine de carabiniers.

Après le traditionnel rond pour les consignes de tir et le plan de chasse, Franck H. qui est charge de la logistique pour les archers, nous fait tirer nos postes au sort, le n°1 sera mon poste.


Nous partons nous installer 20 minutes après les carabiniers, je trouve un beau tremble bien droit à quinze de mètres d'une coulée.

Au bout d'une demie heure, alors que les premiers coups de carabines se font entendrent, je vois un beau ragot passer à 40 mètres et qui stoppe net pour se diriger vers moi, arrive à 15 m de moi il s'arrête de face et se met à renifler le sol, il decide de prendre le petit layon parallèle à ma coulée, j'arme et trouve une toute petite fenêtre de tir (20cm x 40cm) à tavers les branchages.

Au moment où mon ragot passe la pointe de l'épaule dans la fenêtre je décoche et vois mon encoche lumineuse juste devant son epaule (je suis devant) mon animal part comme une furie à travers les branchages au bout de 5 sec plus un bruit. Les deux heures qui suivirent me parures très longues .

Fin de traque arrivent Franck H., Christophe C. et Christophe F., nous faisons une recherche qui ne dura pas très longtemps, mon ragot avait parcouru environ 80 mètres. Atteinte aux 2 carotides et trachée.


Encore merci à Claude pour ce bel après-midi de chasse.

 

Distance de tir 20 mètres

Arc PSE 55 # Lames RAGE HYPODERMIC 125 grains

Bruno P.

Ragot du Gué

Voir les commentaires

Publié le par CABS
Publié dans : #Chevreuil

Pour la dernière battue mixte de l'année sur la communale de Pray, nous serons que deux archers à affronter les douceurs hivernales. Christophe F. et moi-même faisons une première traque où nous armons sans pouvoir tirer.

 

Lors de la seconde traque, je décide de chercher un nouveau poste car nos différentes tentatives ont été déjouées par les chevreuils. Ce n'est pas faute d'avoir vu ou armé mais jamais dans de bonnes conditions...

 

Vincent & Christophe L. m'ont confirmé que le gibier passait pratiquement à chaque fois entre les deux postes habituels mais je connais bien les lieux et il n'y a pas vraiment de coin ideal pour un archer. Je décide de prendre mon temps afin de placer mon tree-stand au mieux et finis par trouver un endroit improbable à une 60 de mètres du bord de la plaine. Les coulées se dessinent devant moi et sont plus visibles dès que je prends de la hauteur... Patientons

 

Trois chevreuils viendont sur ma gauche, mais je suis capté... la vidéo m'aidera à comprendre que j'ai bougé mon arc trop rapidement... Patientons.

 

Quelques minutes plus tard, sonnerie de début de traque, je me lève et dans la minute qui suit, je suis attiré par le bruit des animaux courant dans les feuilles mortes. Rapide coup d'oeil, cinq chevreuils sont là, derrière moi, j'arme, mais cette fois-ci l'arc est caché par un gros chêne...

 

Une chevrette décide de passer au pied de ce chêne, contourne mon tree-stand, fait quelques pas pour s'arrêter à 10 mètres, trois-quart arrière. Elle tombera à vue une quarantaine de mètres plus loin foudroyée par le "Swhack"

 

Un grand merci à Philippe B. pour la confiance qu'il accorde aux archers lors ces battues mixtes.

 

Arc Bowtech RPM 70 # / Flèche CX Maxima Hunter / Lame articulées Swhacker

Christophe Chapuron

Changement de poste profitable !

Tir d'une chevrette - Pray 27 Déc 2015

Voir les commentaires

Publié le par CABS
Publié dans : #Lièvre, #Lapin

 

Lièvre de Lestiou

Nous sommes le 28 novembre je viens de rentrer du Canada, est là bas j’ai pu m’entraîner beaucoup avec un Black Widow prêté par un ami. 

De retour en France je fais donc l’acquisition d’un Black Widow pour pouvoir continuer un mode de chasse qui me plait de plus en plus « la chasse à l’arc traditionnel »

Rdv à la place de l’église en ce samedi matin qui s’annonce être une belle journée, sur les terres communale ou j’ai pu faire mes premières années de permis de chasser avec mon premier lièvre en chasse accompagnée mais avec un fusil, après de multiples chasses aux lièvres en chaudron et environ 140 flèches tiré sur lièvre je n’ai jamais réussi à faire un lièvre avec un arc traditionnel en chaudron…

 

Les consignes sont données et Mr mon père préside cette journée avec comme consigne « si vous souhaitez en fléchez plusieurs vous pouvez…»  ce que je reprends directement il faudrait déjà arriver à en flécher un ! 

 

Nous commençons par le Val, cette partie basse située au niveau de la Loire, les premiers lièvres sont levés et tirés, quelques belle compagnie de perdrix grises sauvages me passent au dessus de la tète avec le vent dans le dos, des images magnifiques moi qui n’est jamais eu la chance de lever mon fusil sur un tel animal.


Beaucoup de flèches sont tirées mais malheureusement sans succès, nous partons sur le haut de Lestiou, après un petit chaudron vient au tour de « la réserve » vous l’aurez compris ça risque d’être pas mal ! 

 

Après avoir placé ma ligne ça commence, et déjà des petites masses de lièvres se forment au loin pour courir dans tout les sens, le chaudron se fait bien sans grand trou et les lièvres tournent pour être tirés plusieurs fois, un lièvre arrive droit sur moi je me concentre il est de ¾ face je prends mon temps décoche et voit ma flèche arriver dans le lièvre !

 
Il est là, après 140 flèches tirées sur lièvre, j’ai MON lièvre, je ne peux m’empêcher de cacher ma joie et je suis même ému et l’émotion me monte ! Merde ce n’est pourtant qu'un lièvre, oui mais un lièvre avec un arc en bois et pas avec un coup de 4 ! 


Pour moi ma journée est faite, un autre lièvre arrive est c’est mon voisin Jean-Louis qui prélève lui aussi son premier lièvre, nous sommes heureux tout les deux, j’ai maintenant un lièvre dans ma main droite et mon arc dans la gauche, mais le chaudron n’est pas fini il en reste encore, et bien sur je me souviens de la phrase du matin de celui qui ma tout apprit (mon père, merci papa) « vous pouvez faire plusieurs lièvres », un lièvre fait le tour du chaudron, loupé par plusieurs archers, 7 fois quand même, il arrive sur nous, j’ai Daniel C. à ma droite je lui dis prépare toi il est pour nous celui là. Le lagomorphe court devant moi à une vingtaine de mètres et ma flèche vient finir ça course ce qui le coupe dans son élan…


Je ne suis pas en train de rêver j’ai deux lièvres dans mes mains en moins de 5 minutes, ce n’est plus de la chance mais un miracle ! Mon Black Widow n’était même pas encore payé mon ami m’a dit le vendredi prends le samedi pour essayer aux lièvres, tu me diras s'il te plait, le message avec juste la photo des 2 lièvres et la mention vendu en dessous était assez significatif… 


La battue s’acheve, il est temps d’aller au déjeuner du midi, je suis vraiment heureux d’avoir réussi à prélever ces deux lièvres, l’après midi je passerais quelques fois a 2 ou 3 cm des lièvres mais comme à chaque fois c’est à coté c’est le jeu.. La fin de la journée se conclue par 380 flèches tirées, 5 lièvres au tableau, une belle journée ensoleiller avec des copains.


Arc Black Widow de 62# et Lames Zwickey
Edouard Lavallart

Lièvres et lapins « les deux font la paire »

 

Lapins de Blois 

Nous sommes début décembre, le Black Widow est acquis et cette après-midi c’est petit tour aux lapins avec quelques furets, le RDV est donné pour 13H45, 13H50 je suis en retard les copains ne m’attendent même pas est commence sans moi le roncier.

J’arrive après tout le monde ils ont déjà tiré quelques flèches, je me place à coté de mon père car j’aime bien tirer avant lui ou pour le charrier et faire la compétition père fils…

 

Les lapins font quelques allers retours et soudain j’en vois un arrêté dans le roncier mais derrière les ronces impénétrables, j’ai une petite fenêtre de tir. Je tire et le cri d’un lapin flèché ce fait entendre… Première flèche et premier lapin de la journée, je ne vous met pas les commentaires de mon père qui ne comprends pas comment j’ai fait de un pour voir le lapin et de deux pour l’avoir !

Mais bon il faut bien aussi un peu de réussite dans la chasse, après les quelques ronciers fait c’est direction des trous pour y mettre quelques furets, les lapins sortent à toute allure. Les flèches ne passent pas loin mais toujours à coté. La concentration est à son maximum quand un lapin sort je lève mon arc et décoche ma petite Zwickey. Elle vient finir sa course derrière sa nuque, s’en ai finit pour lui… encore un grand moment avec mon premier lapin au furet, c’est un peu plus dure que les lapins chassés au Beagle dans les ronciers… disons que ça court un peu plus et surtout plus vite !


Arc Black Widow de 62# et Lames Zwickey
Edouard Lavallart

Lièvres et lapins « les deux font la paire »

Voir les commentaires

1 2 3 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog