Le blog du C.A.B.S

Le blog du C.A.B.S

Chasse à l'Arc Beauce Sologne

Publié le par CABS

C’est ce samedi 8 août 2020 que je pars à l'affût du sanglier sur une propriété privée que je connais depuis mon enfance. Arrivé à 18h, il fait 41°. Je décide de privilégier la zone de la propriété la plus “humide”. Je pars me placer le long de la rivière, le Bourillon. Je fais à peine cent mètres dans les feuilles séchées, que Mr brocard et sa belle m'accueillent avec leurs aboiements, déjà que le sol est bruyant mais là je suis repéré. Je poursuis mon chemin et me place dans un chêne au dessus d’une coulée qui traverse la rivière.

Samedi caniculaire

Le temps passe, il fait chaud, les chevreuils font des allers venues. Puis vers 21h j'entends au loin trottiner dans les feuilles, ça m’a l’air léger, surement un chevreuil ou un renard. En fait non je vois la hure d’un sanglier à 30 m qui remonte le layon sur lequel je suis arrivé. Un peu méfiant, il descend dans le lit de la rivière très sèche et continu vers moi. Je me dis qu'il m’a capté, il va partir vers les voisins de l’autre côté. Il ralentit et s'arrête derrière des baliveaux, il est à 15m. J’en profite pour me lever et armer, je le suis avec le viseur, c’est un beau mâle, il est prudent. Que va-t-il faire, les voisins ou moi ? Il va doucement mais remonte la berge vers moi sous le tree stand, j’ai déjà mon pin derrière son épaule il est 8m. Je décoche, il grogne, accélère, je vois ma flèche qui casse à l'extérieur de l’animal, il zigzague et rentre dans le bois, j’entends le fracas des branches et de la végétation pendant une quinzaine de secondes puis plus rien, à part les battements de mon cœur et mon souffle. Olala que c’est fort en émotions.
J’ai un léger doute car ma flèche ne traverse pas l’animal mais je retrouve du sang rapidement à 10m de l'anschluss. Je suis la piste rouge, la nuit tombe il est 21h30, je trouve des indices tout les mètres ça sent le sanglier de plus en plus, la forêt est silencieuse. Il est là, magnifique, j’ai réussi ma flèche, dans la cage thoracique. Quelle joie, quelle montée d'adrénaline. Il est plus gros que je croyais, et pour mon premier affût, whaou.

Samedi caniculaire

Je n’ai pas pu le peser mais le plus important n’est pas là.
Je remercie ceux qui m'ont permis de chasser sur ce territoire qui me tient à cœur.
Et mes parents pour le coup de main.
Merci de m’avoir lu.

Samedi caniculaire

A bientôt.
Jérôme S.


Arc : Hoyt Vector 32 optimisé
Flèche : Easton Aftermath
Lame: Truglo Titanium X
Tir : 8 mètres
Atteinte : poumons
 

Voir les commentaires

Publié le par CABS
Publié dans : #Renard

Lundi matin 13 juillet, je me lève très tôt pour aller me percher dans mon affût à la recherche d'un brocard pour cette chasse d'été.

Il fait encore noir quand je m'y installe. La forêt est calme mais bruyante. D'un coté le hibou qui hulule, de l'autre le brocard qui aboie, les ramiers commencent à bouger dans les arbres, bref la forêt se réveille. Le jour pointe timidement son nez.

Un lièvre vient me saluer et passe sagement sous ma chaise d’affût. Malheureusement pas de brocard. A 40 mètres, je vois un renardeau quittant le champ pour certainement rentrer au terrier...Trop loin. Quelques minutes plus, un second qui prend le même chemin. Et puis, un troisième pour lequel j'imite un cri de souris. Je dois avoir un don 😄 il s’arrête et viens à ma rencontre. Mal lui en a pris, je suis déjà debout sur ma plate-forme, en attente. Quand il est de plein profil à 15 mètres , je lâche ma flèche qui le percute et traverse plein défaut d'épaule. Il fera 5 mètres, mort sans souffrance.

Jean-Luc C.

Le renardeau de chez Robert

Voir les commentaires

Publié le par CABS
Publié dans : #Chevreuil

A la recherche d'un peu de fraîcheur, je pars affûter sur mon TS en lisière de forêt au-devant d'un immense champ de chaumes. Si la fraîcheur n'est pas au rendez-vous, nos amis chevreuils s'en donnent à cœur joie en cette fin de journée.

Occupé à jumeler un joli animal à 150/200 m, je me fais un peu surprendre par son congénère qui sort sans un bruit  à 20 m sur ma gauche. Arrivé au niveau de ma fenêtre de tir, la flèche part et l'encoche lumineuse m'indique une atteinte qui semble mortelle.

Après un saut de cabri, l'animal repasse sous mon TS à toute allure pour rejoindre le bois à 20 mètres de mon affût. Il est 21h30. 20 minutes plus tard, je récupère ma flèche maculée de sang et surprise, quasi aucun indice jusqu'à l'entrée du bois où seules deux petites taches rouges perlent sur les ronces. Le bois est sombre à cette heure. Après une vingtaine de mètres sans réelle trace, le doute s'installe et je stoppe pour appeler notre conducteur local, Henri R.

Rendez-vous le lendemain à 06h30. 

A l'anschuss, la petite chienne hésite, tourne et prend la direction du bois. Il fait déjà chaud, sec et vraiment peu d'indice. La chienne nez au sol, part, revient, boucle. Quel travail !!!!! Henri est confiant, moi beaucoup moins et à environ 80  mètres de mon affût, l'animal est là dans un roncier. La recherche à duré 1/4 d'heure, mais quel 1/4 d'heure!! Merci Henri !!

Au dépeçage, le cœur est coupé en 2. La cage thoracique est pleine de sang. Bizarre !?!

Arc Mathews Z7 Xtrem 62 livres- Lame Striker magnum 125g- distance de tir 18 mètres- distance de fuite 80 mètres.

Jean-Luc C.

Le broc caniculaire
Le broc caniculaire
Le broc caniculaire
Le broc caniculaire

Voir les commentaires

1 2 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog