Le blog du C.A.B.S

Le blog du C.A.B.S

Chasse à l'Arc Beauce Sologne

Publié le par Loison.J
Publié dans : #Chasse

Dimanche 4 janvier 2009

 

Bravo à Christophe Chavet ,pour premier grand gibier à l'arc

Une chevrette de 21 kg ,tirée depuis un tree-stand à 3 mètres de haut 

distance de tir 12 mètres ,distance de fuite 20 mètres

arc: PSE The Beast de 55 livres , fléche easton 2413 , bilame Magnus

 

Bravo à Franck Hocquet

pour sa chevrette de 18 kg ,tirée depuis un tree-stand

distance de tir 10 mètres ,distance de fuite 500 mètres environ

Chevrette retrouvée grace à nos amis conducteurs de chien de rouge

Jean-Claude Colombier ,Christian Gambier et Jean-Christophe Ogé et bien sur la chienne Bessi 

un petit récit de Franck Bientôt 

Je participais à une chasse organisée par le CABS, sur un magnifique territoire et allais me placer à proximité de Christophe CHAVET dans une futaie relativement claire. Lui s'était perché très discrètement sur une plate-forme "fabrication maison" contre un bel arbre à 35 mètres de moi. J'installais mon tree seat sur un charme d'une circonférence d'environ 20 cm. Depuis cet affût, je surplombais une coulée apparemment très fréquentée située 10 mètres plus loin entre Christophe et moi et pouvais, le cas échéant, surveiller les animaux venant dans mon dos depuis une parcelle en regénération. Je m'installais non sans avoir coupé toutes les petites branches afin d'ouvrir de belles fenêtres de tir. Nous étions en place vers 10h15 et entendions certains chiens japper au loin. Vers 10h45, deux chevrettes empruntèrent la coulée passant devant moi. La première semblait plus petite que la seconde. J'armai alors mon arc à poulie au moment où la première ne pouvait me voir en raison du soleil que j'avais dans le dos et qui l'éblouissait. Elle s'arrêta un instant dans ma première fenêtre de tir située à 10 mètres de moi. Je choisissais ce moment pour décocher une flèche (trophy ridge hailfire 300) équipée d'une bi-lame "german kinetic". J'avais visé le défaut de l'épaule mais n'avais pu voir mon atteinte. Cette chevrette repartit au pas en faisant le dos rond et s'arrêta 20 mètres plus loin. Le second animal n'avait rien capté de ce qui s'était passé et continuait à avancer calmement. Je pouvais retirer le premier animal ou sonner l'atteinte d'un animal mais j'imaginais alors que ce deuxième animal puisse aller vers mon voisin. Et là, ce qui n'avait de chance de se produire qu'à raison d'une chance sur 10 peut-être se produisit ! Arrivée à l'anschuss, cette seconde chevrette huma l'air longuement, regarda sa comparse qui était immobile et qui la regardait également, rebroussa chemin et bifurqua en direction de Christophe qui n'avait pas perdu une miette du spectacle. Au loin un chien jappait avec insistance. La chevrette s'arrêta un instant mais continua alors droit sur Christophe. Là, c'était moi qui allait être au spectacle ! Christophe ne bougeait pas et semblait attendre le dernier moment pour armer. Je craignais qu'il ne se fasse repérer à l'armement. Puis d'un geste lent et sûr, il monta son arc à poulie, l'arma et décocha une superbe flèche au défaut d'épaule. L'animal revint au galop dans ma direction, arborant sur son flanc et pendant quelques foulées l'empennage de la flèche de Christophe. Puis la chevrette s'arrêta à 20 mètres de moi, se coucha, tressaillit quelques secondes et rendit son dernier souffle. La première chevrette qui regardait toujours s'éloigna doucement tandis qu'un chien se rapprochait. Le chien rattrapa la chevrette mais hors de notre vue et un autre chasseur entendit comme un cri d'animal pris. Ce chien, un épagneul revint plus tard avec du sang sur l'oreille et le poitrail. Je sonnais enfin l'atteinte d'un chevreuil et Christophe fit de même. Christophe vint à ma rencontre tout éberlué de ce qui venait d'arriver. Nous nous rapprochâmes de la dépouille de l'animal qu'il avait tiré et je le félicitai chaudement. Il me remercia de ne pas avoir sonné de suite l'animal que j'avais tiré. Nous marquâmes sur une vingtaine de mètres les traces puis revinrent aux voitures après l'annonce de fin de traque. Une recherche rapide commença avec l'aide d'autres chasseurs. Des traces de sang et de viscères étaient visibles à certians endroits mais les boucles effectuées par l'animal rendait la recherche difficile. Un (célèbre) conducteur de chien de sang fut appelé et arriva en début d'après-midi accompagné de Christian GAMBIER. Pendant qu'une nouvelle chasse commençait l'après-midi, Jean-Claude COLOMBIER et Bessi commencèrent donc une recherche qui aboutit rapidement. Au lieu de suivre les nombreuses boucles décrites par l'animal (sûrement poursuivi par le chien), Bessi, sûre d'elle emmena Jean-Claude, Christian et Jean-Christophe qui avait pour l'occasion abandonné l'habit de chasseur à l'arc pour reprendre celui de conducteur. Elle les emmena directement vers la dépouille de la chevrette qui 500 mètres environ après l'anschuss avait manifestement subi les morsures et les assauts d'un chien tenace : en guise de butin de guerre, une partie du cuissot manquait !
Christophe et moi qui avions accompagné Bertrand pour le rabat de l'après-midi revenions aux voitures quand les conducteurs sortirent de la forêt, ramenant la dépouille de cette chevrette. J'exultais ! Christophe était tout aussi heureux que moi.
Cette chasse avait une autre saveur pour lui car il venait de prélever son premier chevreuil à l'arc.
Merci à Jacques, le président de cette chasse et à ses compagnons pour leur accueil. Merci au CABS en général et à Bertrand en particulier pour l'organisation de cette chasse. Bravo à Christophe pour son sang-froid et sa précision. Merci à Jean-Claude, à Christian et à Bessi.
Enfin merci à Saint Hubert pour cette extraordinaire journée de chasse à LANCOME.
Cordialement, franck

Commenter cet article

Loison José 05/01/2009 17:47

Toutes mes félicitations Christophe
et aussi pour notre Killer Franck

Articles récents

Hébergé par Overblog